SEO Camp Day d’Angers : compte-rendu de l’édition 2013

SEO CampJ’étais samedi au SEO Camp Day d’Angers, une première pour moi et une expérience que je compte bien renouveler ! Après un réveil plutôt matinal, direction la Maison des Projets d’Angers où j’arrive juste à temps pour l’introduction et la présentation de la journée, avec quelques mots du maire de la ville. Même pas le temps de passer par le stand des viennoiseries laissées à notre disposition, mais ce ne sera que partie remise.

Les conférences ont ensuite débuté, et vous en trouverez le compte-rendu ci-dessous. Un grand merci à tous les bénévoles pour l’organisation de ce SEO Camp Day, ainsi qu’aux intervenants.

Monétiser intelligemment un site

Nicolas Robineau

Après une rapide présentation des différents formats publicitaires et de la signification de quelques acronymes (CPC, CPM, CPL, etc.), Nicolas a abordé les différentes manières de monétiser un site internet en respectant deux principes : l’honnêteté (envers les visiteurs et les annonceurs) et la logique.

Première solution, la plus évidente lorsque l’on parle de monétisation : Google AdSense, qui présente plusieurs avantages :

  • Une mise en place rapide
  • Le choix des annonceurs
  • Un paiement mensuel (du moins pas à 90 jours, comme certaines régies)

Si Pingouin 4 a touché de nombreux sites, Nicolas remarque qu’il peut s’agit d’une bonne nouvelle lorsque l’on monétise son site avec AdSense puisque cela peut inciter certains annonceurs à encore plus utiliser AdWords, ce qui se traduit par des enchères à la hausse… et une hausse du CPC sur les annonces AdSense.

Une fois les annonces AdSense mises en place, le maître-mot est optimiser ! Il faut chasser les mauvais espaces, consulter régulièrement ses statistiques (CTR) et affiner. Et, surtout, ne pas forcément écouter les conseils proposés par Google sur son compte AdSense mais faire ses propres tests.

AdSense présente pourtant plusieurs limites :

  • Il peut faire perdre du trafic, car un clic sur une annonce AdSense n’entraîne pas l’ouverture d’une nouvelle fenêtre et le visiteur quitte le site. Il est difficile de fidéliser les visiteurs avec des annonces qui peuvent être « trompeuses » et ne marcheront qu’une seule fois
  • Pas de personnalisation possible au niveau de la gestion du site
  • La dépendance à Google (Nicolas a pris l’exemple d’un de ses sites sur la loterie, qui s’est fait exclure d’AdSense)

Quelles armes, alors, utiliser ? Il faut varier les régies publicitaires et les supports :

  • Formats vidéos (mais pas n’importe où) : Nicolas a pris l’exemple d’un site proposant du streaming sur lequel les formats publicitaires vidéos étaient particulièrement adaptés)
  • Comparateurs de prix (type vShop) qui permettent de ne pas tromper le visiteur s’ils sont bien contextualisés, sur des sites bien thématisés
  • Billets sponsorisés (RocketLinks)
  • Contourner AdBlock en mettant quand même de la pub, et en évitant de nommer ses annonces publicitaires de remplacement avec des mots clés flagués (contenant « pub », ou « banniere » par exemple)

Surtout, il faut mettre l’homme au centre de tout : « aimez vos visiteurs« , ne les bernez pas. Essayez de leur faire aimer les publicités en leur apportant de la plus-value, des fonctionnalités supplémentaires. Nicolas a pris l’exemple d’un site de loterie, sur lequel il proposait à ses visiteurs de recevoir les résultats par mail (lui permettant ainsi de se constituer une base d’emailing) et des liens affiliés à la Française des Jeux pour miser en ligne, ainsi qu’un calculateur de gains. Il faut ainsi cibler au maximum les visiteurs, comprendre leurs attentes.

Autres solutions pour monétiser son site web :

  • Trouver des annonceurs privés, et ne pas hésiter à utiliser AdSense pour ce faire (en regardant les annonceurs) pour traiter ensuite en direct avec ces annonceurs et ainsi augmenter son CPC
  • Repérer les articles sponsorisés publiés sur le site de ses concurrents et contacter les annonceurs
  • Creuser ses relations avec les régies, en demandant des changements pour augmenter les conversions

Pour résumer :

  • AdSense, c’est « bien mais pas top« 
  • Pensez à vos visiteurs
  • Soyez intime avec vos annonceurs
  • Monétiser un site prend du temps
  • Soyez curieux

Comprendre et réussir son référencement local en 2013

Arnaud Lemasson

Le référencement local désigne l’ensemble des actions ayant pour objectif de se positionner sur des recherches locales. Qui est concerné ? Les entreprises qui possèdent une zone de chalandise locale.

En quelques chiffres, le référencement local c’est :

  • Le quart des recherches sur Google
  • La moitié des recherches sur mobile
  • 85 % des consommateurs ont déjà effectué une recherche locale

Le classement des résultats d’une recherche locale est toujours le suivant :

  1. Google AdWords
  2. Résultats naturels
  3. Google+ Local
  4. Google Maps (en colonne de droite)

Depuis février 2012 et Google Venice, on observe désormais des résultats locaux sur des requêtes généralistes (non associées à une localisation géographique, par exemple « coiffeur »).

Arnaud a cité les résultats d’une étude qu’il a effectuée :

  • Les pages de résultats sont identiques dans une même zone géographique, avec la présence de résultats locaux
  • Le site d’une entreprise est mieux placé plus la recherche est effectuée à une localisation proche
  • On observe aussi des résultats hors de la zone géographique (par exemple, des résultats à Nantes pour une recherche sur Angers)

Arnaud a ensuite repris chacun des différents blocs de résultats sur une page pour expliquer comment on pouvait optimiser son référencement local.

Google AdWords : si tout le monde connaît la possibilité de ciblage géographique, les campagnes universelles permettent désormais de gérer les enchères selon la position géographique.

Google+ Local : comment les résultats sont-ils classés ?

  • Il faut posséder une adresse dans la ville recherchée
  • Il faut associer son entreprise à une activité spécifique (renseigner les sous-catégories est important)
  • Il faut posséder une adresse proche du centre ville
  • Il faut être cité sur d’autres sites
  • Il faut avoir des avis

Comment optimiser son site pour améliorer son positionnement sur des recherches locales ?

  • Penser au mobile (site adapté)
  • Préciser son adresse (dans le footer ou en sidebar)
  • Mettre en avant des termes locaux (élément title, textes, médias)

Quelle structure adopter pour son site ?

  • Un établissement : faire une page par activité (segmenter ses activités)
  • Plusieurs établissements : faire un seul site (pour concentrer ses efforts de référencement) et créer des pages locales en répertoire. Pour chacune de ces pages spécifique, il faut faire une page complète, c’est-à-dire considérer chacune de ces pages comme un mini-site, et ensuite inclure chaque page sur Google+ Local.

On peut essayer de capter des consommateurs en dehors de sa zone de chalandise en créant des pages spécifiques pour chaque ville (pour des villes proches), mais on sait à quoi l’on s’expose lorsque l’on triche.

On peut aussi penser à intégrer des extraits enrichis (rich snippets) et une photo du gérant de chaque établissement (avec Google Authorship) pour augmenter le taux de clic sur les pages de résultats.

Comment optimiser sa page Google+ locale ?

  • Remplir 100 % de la fiche
  • Faire vivre la page (poster des publications, répondre aux avis, ajouter des événements)
  • Obtenir un maximum d’avis (en encourageant ses visiteurs, par exemple en leur offrant une réduction ?)

Quels facteurs externes d’optimisation sont possibles ?

  • Obtenir des citations sur d’autres sites qui afficheront vos coordonnées (il faut pour cela toujours utiliser les mêmes coordonnées exactes) : annuaires reconnus (Pages Jaunes), sites d’avis (Qype, Justacoté, TripAdvisor, Cityvox), sites institutionnels (annuaire de la CCI, de la ville, office du tourisme : il ne faut pas hésiter à demander directement et y aller au culot), sites locaux, sites métiers (MeilleurCoiffeur pour les coiffeurs, etc.)
  • Acheter éventuellement une page sur les Pages Jaunes, mais il faut bien vérifier la concurrence et calculer son ROI car cela peut être très coûteux
  • Répondre aux conversations sur les forums (sans y aller avec ses gros sabots)
  • Rajouter une petite couche supplémentaire de netlinking, en jouant sur le nom de la marque et sans suroptimiser les ancres)
  • Réseaux sociaux (Facebook, Foursquare)
  • Penser aux sites de deals, qui gardent ensuite la fiche en ligne avec un lien vers votre site

Quel futur pour le référencement local ?

  • Futur proche : toujours plus de mobile, recherche vocale
  • Futur un peu plus lointain : Google Glasses

SEO international et multilingue : faire tomber les frontières

Youri Kielo

Youri travaille en Allemagne pour l’agence AKM3 GmbH et nous a livré quelques clés à connaître pour se lancer à l’international :

  • Prendre conscience des particularités du marché : Google est souvent dominant, mais pas dans tous les pays (Russie, Chine)
  • Connaître la spécificité des SERPs dans certains pays : en Allemagne et au Royaume-Uni, la densité de domaines présents dans les SERPs est plus forte (en proportion, on retrouve plus souvent les mêmes domaines)
  • Effectuer l’étape de recherche de mots clés par une personne qui maîtrise la langue
  • Différentes configurations sont possibles lorsqu’on se lance à l’international, avec une combinaison entre nombre de pays et nombre de langues (un pays et une langue, un pays mais plusieurs langues, plusieurs pays mais une langue, etc.)
  • Utiliser la balise hreflang est très utile si une langue est utilisée dans plus d’un pays
  • Réfléchir au choix de l’URL (répertoire, sous-domaine, nouveau domaine) et à son potentiel : à long terme, le choix d’un nouveau domaine est le plus performant même si, à court terme, les deux premières solutions sont plus efficaces car le site bénéficie d’un référencement immédiat
  • Netlinking international de qualité avec un profil de backlinks qui doit être construit pour chaque site dans la langue de chaque pays
  • Avoir une approche adaptée aux exigences locales : dans certains pays, il est plus difficile d’obtenir un nom de domaine avec une terminaison locale

Comment être efficace ?

Vincent Lahaye

Vincent devait initialement intervenir sur le thème « Excel au service des référenceurs », mais a eu peur que son auditoire ne tienne pas une heure à regarder une présentation PowerPoint sur des formules Excel  (il nous renvoie, à ce sujet, à l’article qu’il a publié sur le blog de Florian Karmen) ! Il a donc plutôt choisi de traiter la thématique « Comment être efficace ? », en abordant bien évidemment Excel, mais en commençant par nous présenter plusieurs techniques pour améliorer son efficacité au travail :

  • Ecrire tous les soirs pendant une semaine les taches effectuées au cours de la journée. En faire de même la deuxième semaine mai en les notant au fur et à mesure. Classifier ensuite ses tâches selon la matrice d’Eisenhower (urgent/pas urgent et important/pas important)
  • La technique Pomodoro (taches de 25 minutes)
  • Noter toutes ses interruptions
  • Ces méthodes sont cependant plus adaptées pour un travail individuel. Lorsque l’on travaille en équipe, on peut utiliser la méthode Kanban, qui fonctionne selon le principe d’un flux : chaque nouvelle tache pousse les autres vers le bas, une colonne représente un process et on peut ajouter une colonne avec les taches urgentes à effectuer en priorité.

Vincent a ensuite donné plusieurs exemples de ce que l’on peut faire avec le plugin SeoTools pour Excel :

  • Récupérer ses données Google Analytics pour faire ses tableaux de bord
  • Extraire les données Google Suggest
  • Vérifier ses backlinks

Il recommande l’utilisation de Screaming Frog, notamment en mode custom, qui permet de trouver/vérifier la présence d’un bout de code sur les pages d’un site.

Pour déléguer : TextMaster, Textbroker, Amazon Mechanical Turk.

Référencer un site internet lorsqu’on ne connaît pas ou peu la langue

Vincent Brossas – Ronan Chardonneau

Vincent a d’abord abordé la partie théorique du référencement à l’international.

Grandes étapes :

  • Choix du nom de domaine et de l’extension
  • Identification des parts de marché des moteurs de recherche
  • Identification des concurrents et audit de leur site
  • Analyse des mots clés
  • Création du site
  • Référencement

Quelques conseils :

  • Héberger son site localement est un plus mais ne fait pas tout
  • Privilégier les TLDs des pays : le résultat est plus long (par rapport à un site en sous-répertoire ou sous-domaine) mais payant sur le long terme
  • Indiquer le pays à cibler sur Google Webmaster Tools
  • Obtenir des backlinks provenant du pays
  • Utiliser Wikipedia pour trouver les bonnes traductions en regardant la version dans une autre langue de la page du terme qui nous intéresse

Ronan nous a ensuite donné plusieurs conseils en se basant sur son expérience :

  • Ne pas hésiter à appeler les CCI françaises à l’étranger pour le choix du nom de domaine (exemple : traduction de Quelpneu.com en Néerlandais)
  • Trouver le meilleur hébergeur local en regardant le Whois des sites les mieux classés
  • Ne pas mixer deux langues sur une même page (on pourra aspirer tout le contenu textuel du site avec Lynx et vérifier les liens internes avec Xenu)
  • Pour se référencer simplement à l’étranger, le plus simple est de créer… un contenu qui n’existe pas (produits ou services qui n’existent pas), mais il faut éviter de passer par Google Translate
  • Pour obtenir des backlinks, on peut utiliser la « méthode kikou » en passant par Google Blog Search avec la commande site: et l’extension du pays pour trouver des blogs locaux
  • Faut-il lier les pages d’accueil de ses sites entre elles ? Ronan cite la réponse que lui a apporté Johann Godey (Search Quality Manager chez Google) au SEO Campus, pour qui ceci était positif… pour l’expérience utilisateur. Il a alors tenté l’expérience sur Quelpneu.com en liant toutes les versions étrangères entre elles (200 000 backlinks en dofollow d’un coup). Résultat obtenu sur 9 sites ? « Rien d’exceptionnel« , en revanche +100 % de trafic constaté sur un dixième site (la version pour le Royaume-Uni).
  • Regarder les stratégies des concurrents sur Majestic SEO
  • Pour travailler ses backlinks, le mieux est de se mettre en lien avec des référenceurs locaux en procédant à un échange de services. On peut en trouver sur l’annuaire du SEMPO
  • Concernant Google AdWords, il peut être utile de savoir que Google s’occupe de la traduction gratuite de ses annonces

Google AdWords : SEA, Sex & Display

Florian Marlin

Plutôt que d’aborder le thème du Search sur Google AdWords, Florian avait choisi de parler du Display, plus méconnu bien qu’il représente tout de même en 2012 28 % des investissements publicitaires online (51 % pour le Search).

Le Display concerne tout ce qui met en avant une création graphique (bannière pub, vidéo, Flash) et trouve un dynamisme nouveau avec la croissance de Google et de son réseau AdSense, la publicité vidéo, le reciblage publicitaire (ou retargeting) et le Ad Exchange. Il s’agit toutefois d’un levier dont la rentabilité n’est pas garantie, et souvent utilisé dans des campagnes de notoriété. Google a appliqué le modèle du CPC au Display, alors que les campagnes étaient avant majoritairement vendues au CPM.

Bonnes pratiques :

  • Séparer campagnes Search et Display sur Google AdWords : les comportements sont incomparables entre Search et Display et cela permet d’optimiser plus finement pour améliorer ses performances
  • Séparer campagnes de liens textuels et campagnes avec des images/animations : idem, les comportements sont différents et cela permet de mieux optimiser
  • Multiplier les modes de ciblage. Plusieurs modes de ciblage sont disponibles :
    • Par mots clés : sélection automatique des sites web en fonction des mots clés présents sur la page
    • Par emplacements : pour viser certains sites en particulier
    • Par thèmes : pour élargir le ciblage par emplacements et viser une thématique

Il est conseillé de cumuler les modes de ciblage pour préciser l’audience visitée (exemple : je cible le site du Figaro sur le mot clé « iPhone 5 »). Il est aussi possible d’ajouter des notions de sexe et d’âge mais cela relève du déclaratif et Florian le déconseille.

Bonne structure d’une campagne Display :

  • Choisir des mots clés très génériques (pas de stratégie de longue traîne comme sur le Search)
  • Une thématique par groupe d’annonces
  • Une dizaine de mots clés par groupe d’annonces
  • Emplacements organisés par thématique
  • Multiplier les créations (pour comparer les performances) et les formats (diffusion sur plus de supports) pour faire de l’A/B testing
  • Intégrer dans un même groupe d’annonces au moins deux créations par format

Il faut aussi veiller à :

  • Laisser la priorité aux impressions
  • Respecter le poids maxi de chaque création (passé à 150 Ko depuis quelques jours)
  • Respecter les règles techniques et éditoriales
  • Inclure un call to action sur sa création
  • Ne pas utiliser l’outil de création de Google !

Comment optimiser ses campagnes Display ?

  • Par emplacement :
    • Tri des sites par conversions, conversions post view et CTR
    • Rajout des sites performants en emplacements gérés
    • Exclusion des sites les moins performants
    • Possibilité de voir les URL précises de diffusion
    • Les « anonymous.google » sont des sites souhaitant rester anonymes
  • L’optimisation par mot clé a peu d’intérêt

Google Product Listing Ads (PLA)

  • Un vrai apporteur de business pour les e-commerçants
  • Fonctionne avec un compte Google Shopping, qu’il faut associer au compte Google AdWords (via le Merchant Center)
  • Choisir le réseau Search
  • CPC max défini au niveau du groupe d’annonces
  • Google se sert des titres des produits pour diffuser sur des requêtes génériques, il faut donc veiller à bien les optimiser

App Store Optimization

Guillaume Sicard – Jessy Grossi

Je suis arrivé alors que la conférence avait déjà commencé, mais je pense n’avoir loupé que quelques minutes. L’App Store Optimization consiste à améliorer la visibilité d’une application sur les différentes plateformes de téléchargement. En l’occurrence, les deux principales ont été abordées : Google Play et l’App Store d’Apple. Il s’agit à la fois :

  • De se placer devant ses concurrents sur ses mots clés
  • De se positionner dans les catégories, le top général et le top nouveautés

Quels éléments optimiser ?

  • L’icône : ne pas utiliser de mot sur son icône mais utiliser au mieux l’espace disponible, ne pas utiliser l’effet gloss. L’icône doit décrire l’application
  • Le titre : il doit être évocateur, contenir les mots clés visés. Il est possible de se positionner avec un titre bien choisi
  • La description : il faut l’optimiser avec soin. Les mots clés les plus importants doivent figurer en premier (ils sont repris dans l’extrait)
  • Les captures d’écran : elles doivent être évocatrices et attrayantes. Il faut décliner ses images pour smartphone / tablette et penser à l’ordre des captures
  • Les mots clés (App Store) : inutile de reprendre des mots déjà présents dans le titre. Éventuellement, on peut utiliser le nom des applications concurrentes ? A éviter mais peut être utile dans certains cas
  • Lorsque l’on adapte son contenu et ses textes dans d’autres langues, il faut veiller à ce que l’application soit bien traduite / localisée pour éviter des désinstallations immédiates (gros signal négatif) dues à la langue
  • Le facteur le plus importante reste toutefois les avis et les notations. Il est déconseillé d’acheter de faux commentaires et de fausses notes. Il est également important de répondre aux avis
  • Le nombre d’installations dans le temps est aussi un facteur primordial : il doit rester stable. Une désinstallation juste après l’installation constitue un très mauvais signal
  • Le nombre d’utilisateurs actifs est également important. Il faut penser à mettre en place une stratégie de rétention (envoyer des push, pas exemple)
  • Il faut faire des mises à jour régulières (en se basant sur les commentaires des utilisateurs, et en le leur signalant)
  • Comme en SEO, les backlinks et les signaux sociaux (de Google+ pour Google Play, de Facebook pour l’App Store) sont pris en compte

Quel est le processus pour optimiser le positionnement d’une application ?

  • Audit de la fiche de l’application
  • Audit concurrentiel (positionnement)
  • Revoir les différents leviers d’optimisation
  • Mettre en place un suivi de positionnement sur sa fiche et celles des concurrents et analyser les changements qui peuvent expliquer une amélioration du positionnement des fiches des concurrents

Quels moyens de promotion mettre en place ?

  • Gratuits : in-app, sponsoring, landing page + SEO, blogs, presse spécialisée, Facebook, ajout des Twitter Cards pour optimiser le CTR, communiqués de presse, stores alternatifs
  • Payants : mails, advertising, Facebook Ads, Twitter Ads, App discovery (à prendre avec des pincettes, surtout sur Google Play)

Il y a encore peu de clients en France pour de l’App Store Optimization, et ceux-ci sont rarement à la recherche d’un retour sur investissement.

Les conférences auxquelles je n’ai pas assisté

Deux conférences étaient à chaque fois organisées en parallèle. Je n’ai donc pas pu assister aux conférences suivantes :

Toutes les présentations sont à retrouver et/ou télécharger sur le site du SEO Camp Day.

A lire aussi :

16 réponses
  1. circus
    circus says:

    Merci pour ce compte-rendu très complet.

    Concernant la conférence sur la monétisation, il y a donc les classiques : l’AdSense, l’affiliation et la vente de lien qui ont été évoqués mais il y a aussi d’autres méthodes intéressantes comme la revente des coordonnées d’internautes qui souhaitent obtenir des devis, etc… d’ailleurs si quelqu’un à un peu plus d’infos sur le sujet çà m’intéresse 😉

  2. Ghislain
    Ghislain says:

    Hello Nils,

    Merci pour ton retour sur ce SEO Camp ! Bien pratique de voir un autre compte rendu et pouvoir profiter des conférences où j’étais absent 🙂

    Au plaisir de se recroiser dans la région avant que tu ne monte sur Paris 😉

  3. NetAgence
    NetAgence says:

    Merci du compte-rendu, j’ai souvent été dans la position inverse de rédiger mes impressions sur un événement SEO pour les partager, et j’apprécie l’impression de capter au moins les sujets et ressentis de cette journée à laquelle, à mon grand regret, je ne pouvais assister. Les diaporamas ne rendent souvent que très partiellement le talent des orateurs, j’espère qu’on pourra parfois avoir des exposés et conférences filmés à ce genre de réunions passionnantes.

    A bientôt pour de nouvelles rencontres j’espère,
    Pierre, Rennes.

  4. consultant seo
    consultant seo says:

    Punaize ton compte rendu envoie du bois. J ai bien aimé la partie adsense ça m a donné quelques pistes à exploiter. La partie adwords de Florian Marlin très instructive à lire mais bon en général toutes les conférences sont intéressantes.
    Merci à toi pour ce compte rendu et chapeau l artiste.

  5. Nils
    Nils says:

    Blog Moteurs > Merci également pour ce compte-rendu du SEO Camp Day Montpellier qui paraissait tout aussi intéressant.

    circus > Nicolas a effectivement cité d’autres moyens de monétisation qu’il n’a pas détaillés. Les devis en font partie.

    Ghislain > De même, j’ai pu compléter mes connaissances en allant lire ton compte-rendu ! Même si je m’installe à Paris d’ici quelques semaines, je conserverai une attache locale, étant originaire de Rennes, et je me ferai un plaisir de participer de nouveau à ce genre d’événements dans la région.

    Philippe > Merci 🙂

    NetAgence > Toutes les conférences ont été filmées, peut-être pourra-t-on les retrouver en ligne ?

  6. Erwan
    Erwan says:

    Très bon compte-rendu et merci pour le lien. C’est intéressant de lire ce qu’on a manqué; j’aime bien par exemple l’idée de regarder le whois des sites les mieux classés pour choisir son hébergeur…

  7. Guillaume
    Guillaume says:

    Merci Niels pour ces comptes rendus ! Rien à redire sur l’organisation parfaite et professionnelle. Merci aux intervenants, dont Youri venu d’Allemagne !

    J’espère que la démo de notre plateforme RocketLinks vous a donné envie de vous inscrire !

    A l’année prochaine 😉

  8. lije-creative.com
    lije-creative.com says:

    Très bon résumé. Le SEO Camp Day est pour moi encore inconnu. Je n’avais testé que le SEO Campus.
    Je remarque plusieurs choses : les conférences sont variées et riches en contenu. On apprends quelques petites choses intéressantes. En plus, on a les supports de certaines conférences mais c’est plutôt habituel maintenant…
    Je vais continuer de suivre les articles, ça jase pas mal sur Twitter ce matin 😉

  9. Qutouqi
    Qutouqi says:

    Merci pour ce super compte-rendu, la présentation de Nicolas Robineau a l’air d’être superbe, je regrette de ne pas l’avoir vu cette fois…

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] – Le compte-rendu de Nils Talibart. […]

  2. […] compte-rendu du SEO Camp à Angers cette fois-ci est également disponible pour ceux qui souhaitent s’informer sur d’autres […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *