Référencement et temps de chargement : quel impact ?

Le temps de chargement d’une page fait partie des critères pris en compte dans l’algorithme de Google pour classer les résultats de recherche. Le géant américain l’avait annoncé dès avril 2010, précisant toutefois que seul 1 % des requêtes étaient affectées. Un chiffre qui n’avait pas évolué deux ans plus tard puisqu’en mars 2012, répondant dans une vidéo à la question « Faut-il désindexer les pages de mon site les plus lentes à charger ?« , Matt Cutts indiquait la même proportion.

Le point essentiel sur lequel insiste Matt Cutts dans cette vidéo est surtout celui de l’expérience utilisateur. Améliorer le temps de chargement de son site web est avant tout bénéfique pour l’expérience utilisateur… et par conséquent pour votre chiffre d’affaires, notamment dans le cas d’un site e-commerce. Une étude de 2006 avait ainsi montré que 100 ms de temps de chargement supplémentaire se traduisaient par 1 % de ventes en moins pour Amazon.

Je vais ainsi vous montrer l’impact de l’amélioration du temps de chargement sur mon propre site, Stade Rennais Online.

Contexte

Stade Rennais Online était hébergé depuis 2005 chez OVH, sur un hébergement mutualisé. Seulement, celui-ci commençait à trouver ses limites depuis déjà plusieurs mois, avec un trafic quotidien déjà conséquent. Mais la décision qui m’a vraiment fait franchir le pas vers un serveur dédié, ce sont les nombreuses indisponibilités du site survenues en mars 2013 : pendant plusieurs heures, voire parfois toute une journée, Stade Rennais Online était inaccessible. Et, bien sûr, impossible d’obtenir une réponse rapide et satisfaisante de la part du support d’OVH. J’ai donc décidé de migrer le site sur un serveur dédié (une Dedibox, en l’occurrence), chose que j’aurais dû faire bien plus tôt étant donné l’amélioration des performances qui s’en est suivie. Cette migration est intervenue le 23 mars (la date est importante pour interpréter les graphiques ci-dessous).

Impact sur le temps de chargement

L’impact le plus évident et le plus direct concerne bien sûr le temps de chargement des pages du site. Alors qu’auparavant, le temps de téléchargement d’une page était d’environ 2000 millisecondes, celui-ci est désormais inférieur à 300 millisecondes, selon les données de Google Webmaster Tools. Le temps de réponse moyen du serveur a ainsi presque été divisé par dix.

Temps de téléchargement - Données Google Webmaster Tools

Impact sur l’exploration du site

Conséquence de cela, le nombre de pages explorées par jour par le robot de Google a considérablement progressé. Rien de bien nouveau ici, mais on constate clairement qu’une baisse du temps de chargement se traduit par une augmentation du crawl de Google.

Pages explorées par jour - Données Google Webmaster Tools Kilo-octets téléchargés par jour - Données Google Webmaster Tools

Impact sur le trafic et l’expérience utilisateur

Reste désormais la question que vous vous posez tous : l’amélioration de la vitesse de chargement a-t-elle permis d’augmenter le trafic sur le site ? Si le temps de chargement fait partie des critères pris en compte par Google dans son algorithme, on peut en effet penser qu’une amélioration sensible de celui-ci va permettre un meilleur positionnement du site dans les résultats de recherche, et donc une augmentation du nombre de visites. Est-ce le cas sur Stade Rennais Online ? Rien ne me permet de l’affirmer.

Visites provenant de Google - Données Google Analytics

Si l’on observe clairement des « creux » dans la fréquentation du site (il s’agit, sur ce graphique, des visites provenant de Google uniquement) au mois de mars, puis une sorte de retour à la normale qui s’établit, avec même un trafic qui tend à progresser, ceci s’explique plus par l’actualité que par une éventuelle amélioration du positionnement. Le pic de trafic du 21 au 23 avril correspond par exemple aux lendemains de la finale disputée par le Stade rennais, et la progression sur le mois de mai aux rumeurs liées à l’arrivée d’un nouvel entraîneur.

En réalité, l’impact le plus significatif concerne le nombre de pages vues par visite. Celui-ci a immédiatement progressé une fois la migration effectuée. Alors que le nombre de pages/visite étant d’environ 3 avant le changement de serveur, il s’établit désormais à 3,9, soit presque une page de plus par visite !

Pages par visite - Données Google Analytics
Cette évolution s’explique facilement : alors qu’auparavant, des utilisateurs se plaignaient parfois de la lenteur du site, l’amélioration de la vitesse de chargement des pages a rendu la navigation beaucoup plus fluide. Le forum représentant une proportion importante des pages vues sur le site, c’est tout naturellement que l’amélioration du temps de chargement des pages a incité ses utilisateurs à le parcourir plus longuement.

Conclusion

Le temps de chargement a-t-il un impact sur le référencement ? Oui, sans doute, mais cela joue à la marge par rapport à d’autres critères on site et off site beaucoup plus importants. En revanche, la vitesse de chargement des pages est essentielle pour l’expérience utilisateur, ce qui nous renvoie aux propos de Matt Cutts au début de cet article. Améliorer le temps de chargement de son site, c’est d’abord penser « utilisateur » avant de penser « moteur ». Certes, une telle amélioration nécessite des efforts, mais ceux-ci se traduisent a priori ensuite positivement sur votre chiffre d’affaires. Soit par une augmentation des ventes dans le cas d’un site e-commerce (voir l’exemple d’Amazon), soit par une augmentation du nombre d’impressions publicitaires dans le cas d’un site de contenu.

13 réponses
  1. Le Juge
    Le Juge says:

    Merci pour lke cas d’école et notamment le parallele Crawl/indexation/trafic – cela aurait été encore plus parlant si on avait eu un parallel ranking en plus –

  2. Vincent
    Vincent says:

    Article très bien écrit cependant comme vous l’avez bien conclu, le temps de chargement n’impact que très peu les résultats dans les SERPS comparé à d’autres facteurs… Mais bon, un bon réf c’est une accumulation de petites optimisations qui donnent les résultats souhaités à la fin…

  3. Nils
    Nils says:

    Le Juge > Effectivement, il aurait aussi été intéressant de mettre l’évolution du positionnement en parallèle. Comme il s’agit d’un site à but non lucratif, je dois reconnaître que je n’effectue pas un suivi précis sur ce point.

    Vincent > Merci. Effectivement, le temps de chargement est un critère à optimiser… parmi beaucoup d’autres ! Ce qui est intéressant dans ce cas, c’est de voir l’impact immédiat que cela a sur l’expérience utilisateur, avec un nombre de pages/visite qui a progressé instantanément.

  4. RocketSeo
    RocketSeo says:

    Merci pour l article, je trouve que l on en parle pas assez souvent.

    Je suis plutôt d accord dans l ensemble avec les différents constats présentés dans l article. Après, je pense que le test aurait été probablement un peu plus parlant sur un site à grosse volumétrie. En effet, ce type de sites a souvent de grosses difficultés à faire crawler suffisamment toutes les pages du site.

    En conclusion, cette optimisation semble plutôt être prioritaire si l on constate un réel problème au niveau du taux de crawl. PAr contre, si le site est déjà bien crawlé, ça n aura probablement qu un impact réduit sur le ranking

  5. stef
    stef says:

    Merci pour ce test bien complet. Cependant, je pense qu’on était dans des temps de chargement « acceptable » avant l’optimisation. Le temps de chargement aurait dépassé les 10sec voir 15 sec pendant une longue periode et je pense que Google aurait été beaucoup plus sévère.

    Les creux du mois de mars sont pour moi une réponse au pic du temps de chargement à plus de 20 sec de début mars. Mais la situation était exceptionnelle donc le creux également.

  6. Nils
    Nils says:

    RocketSEO > Je suis d’accord. Néanmoins, et même si les résultats présentés issus de Webmaster Tools ne concernent que le www, on est tout de même à environ 250 000 pages sur l’ensemble du domaine.

    Stef > Le temps de chargement présenté par Webmaster Tools, ce n’est pas le temps de chargement complet de la page. C’est uniquement le temps de téléchargement du code HTML complet (sans les images, les scripts, etc.). Pour le temps de chargement de la page, on était plutôt aux alentours de 7,2 secondes, ce qui est déjà beaucoup (diminué par deux aujourd’hui).
    En mars, le site a été indisponible de nombreuses fois pendant quelques heures, voire des journées entières (ce qui explique la baisse de trafic à cette période), avec des erreurs 500 à la clé. Je ne pense pas que Google ait forcément vu cela d’un bon oeil.

  7. Cédric
    Cédric says:

    Très intéressante cette expérience. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur ton nouvel hébergement. J’ai un site sur un mutualisé chez OVH et je n’ai qu’une hâte : partir !! En grande partie à cause du SAV lamentable (en tout cas d’un point de vue réactivité). J’ai d’autres sites chez Planethoster mais l’option serveur dédié m’a déjà traversé l’esprit.

  8. Nils
    Nils says:

    Cédric > J’ai pris une Dedibox LT : http://www.online.net/fr/serveur-dedie/dedibox-lt
    Initialement, je voulais prendre une Dedibox Classic, qui aurait largement suffi à mes besoins, mais il n’en restait plus au moment où j’ai fait la commande et je n’étais pas à quelques euros près.

    Avant, j’étais sur un hébergement mutualisé « Pro » d’OVH, avec un SQL privé en plus. Il est clair que le SAV d’OVH ne m’a pas incité à rester…

  9. Beauté
    Beauté says:

    J’ai eu le même retour de plusieurs personnes sur les offres mutu de 1and1. C’est un peu sauve qui peut en ce moment à cause d’une accumulations de problèmes/limitations/indisponibilités.

    Stefan

  10. Mickael
    Mickael says:

    En voilà un bon article ! C’est vrai que l’observation des positions aurait pu apporter des informations intéressantes bien que difficille à mettre en corrélation avec la seule optimisation du temps de chargement.

    Pour moi le temps de chargement est un critère devenu (très) important… Et il ne faut pas le sous-estimer, surtout que bien souvent les solutions d’optimisation sont souvent assez « simples » à mettre en place.

  11. Laurent
    Laurent says:

    Très belle analyse qui met en corrélation le temps de chargement avec l’amélioration des performances (là, plutôt l’augmentation du nombre de pages par visite).

    Si je m’en tiens à une action d’optimisation récente, sur une boutique de e-commerce, j’ai pu voir une amélioration sensible des ventes [car pas assez de durée pour valider la chose] en passant de 2,5 secondes en moyenne par chargement de page à moins d’1 seconde.

    Donc, comme tu dis, l’expérience utilisateur est un point à ne pas négliger : un visiteur ne sera pas rebuté par un site qui ne rame pas, et pourra rester plus longtemps dessus. Avec tout ce qui découle.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *